COMMUNIQUÉ : Le Pen : le fiasco de la dédiabolisation !

La participation de la présidente du Rassemblement National à la commémoration officielle du 80e anniversaire de l’Appel du 18 juin devait être le symbole fort de sa soumission à la doxa gaulliste et devait déboucher sur son adoubement par le système.

Ce déplacement sur l’Île de Sein faisait suite à la publication dans la Revue Politique et Parlementaire, d’un hommage à De Gaulle – plus de neufs pages dithyrambiques – où elle revendique l’« héritage » de l’homme du 18 Juin, allant jusqu’à affirmer que « sur l’échiquier politique, aujourd’hui, seul le Rassemblement national défend cette ligne ».

Mais cette virée en bateau pneumatique sur l’île où elle n’a rencontré qu’insultes, quolibets et solitude a viré au fiasco. Comme un malheur n’arrive jamais seul, au même moment, Robert Ménard annonçait publiquement qu’il ne la soutiendrait pas à la prochaine élection présidentielle, déclarant : « Marine Le Pen, je la trouve courageuse, je la trouve opiniâtre, je lui trouve une énergie, mais elle ne sera pas le prochain chef de l’État ». Ce qui ressemble, vous en conviendrait, à un enterrement de première classe…

Comment en est-on arrivé là ?

La Le Pen a toujours divisé :

Elle a contribué à casser le Front National en coupant Jean-Marie Le Pen de ses soutiens et de ses amis historiques pour monter à l’intérieur de l’appareil ;

À peine élue présidente du FN, elle a éliminé les Nationalistes en suspendant Yvan Benedetti ;

Elle a ensuite chassé les lepénistes en excluant son père ;

Elle a écarté les souverainistes avec Florian Philippot ;

Elle a découragé les identitaires en se coupant de Marion Maréchal ,

Et maintenant, l’union des droites lui tourne le dos avec Robert Ménard ;

On ne peut pas faire plus rassembleur…

Ne restent au Front National renié en Rassemblement National que quelques arrivistes professionnels, des courtisans intéressés, des invertis transis et des métèques en mal d’intégration… D’un beau et grand mouvement populaire, regroupant les français non reniés, elle a fait un syndicat d’intérêts tout rabougri, en cessation de paiement, véritable assurance-vie électorale du système en place.

Et tout cela au nom de sa désastreuse politique de dédiabolisation !

Mais au lieu de tirer les leçons de l’échec de cette stratégie qui a tout broyé sur son passage depuis 10 ans, elle persiste dans cette impasse.

Il convient donc de lever l’hypothèque Le Pen rapidement, avant qu’il ne soit trop tard, afin de constituer un Front nationaliste regroupant les quelques forces vives restantes pour mener le noble combat du rétablissement de la France.

VOIR AUSSI :

COMMUNIQUÉ : Fête de Sainte Jeanne d’Arc 2020

COMMUNIQUÉ : Assassinat du général Soleimani : Le crime ne restera pas impayé !

COMMUNIQUÉ : Au-delà de la mobilisation du 5 décembre, construisons l’alternative révolutionnaire !

COMMUNIQUÉ : Gilets jaunes : les propositions des Nationalistes